Jeanne Mas « Ma vie est une pomme » éditions Michel Lafon.

Ma_vie_est_une_pommeSa mère pensait qu’être gros était signe de bonne santé. Alors Jeanne devait avaler tout ce qu’elle lui présentait dans l’assiette, malgré le dégoût et l’écoeurement.

Mais c’est durant ses vacances en Espagne à Alicante, sur les marchés que Jeanne Mas prend conscience de la souffrance des animaux. Elle voit un homme tuer de ses mains un lapin destiné à une cliente. La pauvre bête, jetée au sol gît agonisant lentement.

Les oreilles, les queues de taureaux exposées comme des trophées au dessus des étals des bouchers, les corridas, lui confirment que jamais plus elle ne mangera un animal.

Mais cette décision est difficile à tenir car sa mère parfois violente lui impose de manger encore plus. A 15 ans, Jeanne est une adolescente soumise et malheureuse et se fait vomir pour ne plus grossir.

Pour échapper à cet enfer alimentaire, elle passe son bac et quitte le foyer familial. Direction Rome.

Mais son équilibre alimentaire est perturbée, Jeanne se nourrit très peu.

Sa carrière artistique démarre en Italie, chanson, télévision mais son alimentation pas assez équilibrée lui provoque régulièrement des malaises, des trous noirs dans lequel Jeanne se réfugie.

Jeanne Mas parle de son attachement à la cause animale, son adaptation à sa vie de végétarienne et plus tard de végétalienne. A cette époque, peu d’informations circulaient pour guider les végétariens à manger équilibré.

Depuis, les choses ont changé. Des émissions, des livres font prendre conscience aux populations que ne plus manger de viande ni de poisson est bon pour le corps et l’esprit.

Jeanne Mas nous explique les bienfaits de cette manière de s’alimenter. Bon pour la santé, les animaux et pour l’environnement.

Elle aime cuisiner des plats pour ses amis, innove, apprend, cherche tout ce qui peut être bon pour elle et ses enfants.

Avec sensibilité, elle nous explique ses choix, ses craintes, ses espoirs quant à l’avenir de notre planète.

Jeanne nous donne également des informations sur les différents types d’aliments à consommer pour nous apporter les nutriments et les vitamines dont nous avons besoin quand on est végétarien.

Entre autobiographie et documentaire, son livre nous laisse à réfléchir quant à notre santé et notre planète.

Changer ses habitudes alimentaires ne se fait pas du jour au lendemain, mais la conscience humaine commence à s’éveiller.

Cela ne peut être que bénéfique pour tout le monde.

« Les animaux sont mes amis, je ne mange pas mes amis » Georges Bernard Shaw.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *