Marie-Laure Hubert-Nasser « La carapace de la tortue » éditions Folio.

carapaceClotilde est une jeune femme hors norme par sa corpulence. Souffre douleur dans son enfance, elle a appris à être discrète, voire totalement effacée du monde. Elle décide de quitter son travail  à Paris pour retourner vivre à Bordeaux, chez sa tante Thérèse, propriétaire d’ un bel immeuble où vivent des familles qu’elle a choisies elle même selon ses propres critères. Formant ainsi une communauté.

Clotilde devient amie avec Claudie, une femme excentrique travaillant à la télé. Mais elle se prend surtout d’affection pour le petit Léo.

Les femmes de l’immeuble, Sophie et Sarah, vont à la demande de Thérèse, aider Clotilde à perdre du poids, bref une totale remise en forme sur mesure pour qu’elle puisse  enfin vivre et s’épanouir.

Ses efforts porteront ses fruits. Clotilde trouvera enfin du travail dans un musée en tant que libraire.

« La carapace de la tortue » est un livre agréable à lire. Entre humour, tendresse, on se laisse glisser dans l’histoire de Clotilde cette jeune femme enfermée dans sa souffrance, mais aussi des occupants de l’immeuble. Les deux « S » Sophie et Sarah, femmes d’hommes d’affaires fortunés. Elisabeth, business woman qui délaisse sa famille. Claudie que tout oppose deviendra la meilleure amie de Clotilde.

Ce que j’ai apprécié c’est le chapitre « le journal de Clotilde ». Ecrit à la première personne de l’indicatif, cela donne une intensité au texte. Clotilde nous dévoile son ressenti. On comprend mieux  son histoire , son passé, son présent. Elle se confie au lecteur car elle dévoile son journal intime.

Sincèrement c’est un bon bouquin que je recommande à lire. Pourquoi pas pour les vacances…..

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *