Alma Brami « J’aurais dû apporter des fleurs » éditions Folio.

Alma-Brami-J'aurais-dû-appoGérault est un célibataire de 50 ans, au chômage. Homme aigri, triste, s’exprimant très peu, préférant se parler à lui même.

Gérault garde au fond de lui une colère. Contre lui mais aussi contre les autres personnes qu’il côtoie.

Il est constamment harcelé par sa mère qui lui reproche d’être aussi méchant que l’était son père.

Il est insensible, ses pensées sont parfois méchantes vis à vis des personnes qui essaient de l’aider. Ses amis qui eux vivent en couple, qui ont une vie stable. Mais pour lui, il est hors norme. Pas de femme, pas d’enfant, pas de travail. Il s’enferme dans cette vie morne et déprimante.

Grâce à son ami Jean-Yves, Gérault -qui se prénomme en vérité Charles- obtient le poste de vendeur dans l’épicerie du neveu de celui-ci.

Charles voit de temps en temps Françoise une documentaliste de collège. Mais c’est toujours le même refrain. Charles l’observe, ses pensées ne sont que critiques et méchanceté.

Charles a-t-il vraiment un cœur capable d’aimer ?

Il aura suffit d’une réponse de Françoise et Charles va prendre conscience de beaucoup de choses.

Alma Brami a écrit ce livre sur le ton de l’ironie mais de façon très réaliste. Qui ne sait pas un jour comporté comme Charles. Observer, critiquer mais ne rien dire. Faire des remarques au vitriol. Mais tout garder pour soi ?

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *