Gaël Faye « Petit pays » éditions Grasset.

petit-pays-copieBurundi, dans les années 90, Gabriel, Ana sa soeur, Michel son père, un homme du Jura et sa mère Yvonne, une rwandaise, vivent dans un quartier paisible de Bujumbura. La vie n’est que joie pour ce jeune garçon dont les copains sont aussi insouciants que lui. Les jours se suivent dans la douceur de l’Afrique centrale.

Mais un jour, ses parents se séparent. Yvonne quitte la maison et laisse les enfants à Michel. Gaby et Ana s’adaptent continuant à vivre leur vie d’enfants dans les jeux et les bonheurs simples.

Aujourd’hui, c’est jour de fête. Pour la première fois les Burundais vont pouvoir voter. Ils espèrent enfin que la démocratie sera majoritaire.

Le 21 octobre 1993, un coup d’état éclate, les militaires ont assassiné le nouveau président, Melchior Ndadaye, élu tout récemment.

Le couvre feu est instauré, les frontières sont fermées. Les massacres se multiplient dans le pays.

La peur s’installe dans les villes, les écoles sont fermées, la population reste cloîtrée chez elle.

La tension est palpable, semant le doute entre chaque habitant.

La guerre entre Hutu et Tutsi est déclarée dans le pays. Mais au Rwanda, la situation est encore plus alarmante. Les extrémistes hutu ont l’intention de mettre le pays à feu et à sang afin d’exterminer les tutsi qui ne veulent pas partager le pouvoir avec le FPR.

Les jours passent et le Rwanda est enclin à des massacres sans précédent. Les familles sont exterminées, sans exception. Hommes, femmes, enfants, personne n’est épargné. Les villages sont détruits, brûlés. Plus rien ne reste que des décombres et des cadavres qui finiront en repas pour les chiens errants.

Au Burundi, les violences font rage et le quartier si calme, où vit Gabriel commence à devenir vulnérable.

Après ce génocide, Gabriel semble avoir grandi et ne veut pas rentrer dans le jeu de la vengeance comme ses copains qui veulent rejoindre les troupes rebelles.

Gabriel se découvre une passion: les livres. Il s’évade en empruntant les ouvrages que lui prête madame Economopoulos, une voisine.

Pendant ce temps, sa mère Yvonne est retournée au Rwanda pour tenter de retrouver les membres de sa famille.

Yvonne reviendra méconnaissable, vieillie, amaigrie, toutes les horreurs qu’elle aura vues resteront ancrées dans sa mémoire jusqu’à la fin de sa vie.

Les violences avancent en direction des quartiers auparavant épargnés. La guerre est bien présente. Gabriel et Ana doivent quitter précipitamment le pays pour la France. Ils seront logés dans une famille d’accueil laissant leurs parents dans un pays qui fut le leur, ne sachant pas si un jour ils y retourneront.

« Petit pays » est le premier roman de Gaël Faye, chanteur, auteur, compositeur.

Il raconte la vie de Gabriel, jeune métis vivant dans un quartier résidentiel de Bujumbura capitale du Burundi. Des événements tragiques qui se sont déroulés. De la guerre entre ethnies.

Avec le regard et les mots d’un enfant insouciant, Gaël Faye nous fait prendre conscience de ce terrible génocide. Cette guerre d’adultes incomprise par ces enfants innocents qui ne souhaitaient que vivre dans la chaleur de ce petit pays.

Encore un coup de cœur que je recommande bien entendu.

https://www.youtube.com/watch?v=XTF2pwr8lYk&feature=share

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *