Flore Delapalme « Le sentiment de vide intérieur » éditions Eyrolles.

sentiment-copieChacun ressent le bien-être à sa façon. Trouver des moments à soi pour s’ouvrir à soi-même. Le faire pour soi et non pour les autres. Le travail est parfois difficile surtout si dès la plus jeune enfance des barrières se sont baissées pour empêcher ce travail qui est l’amour de soi.

L’amour de soi se cultive et se nourrit de petites choses et de moments simples propres à soi.

L’enfant se crée son propre univers intérieur avec ses limites afin de ne pas les dépasser pour ne pas se disperser. Cet univers n’appartient qu’à lui. Il le crée par le biais de jeux qu’il invente jour après jour, prenant confiance en lui. Il est maître de son propre soi au sein de sa bulle protectrice. L’enfant doit apprendre à se connaître, se découvrir.

Nous n’appartenons qu’à nous même grâce à la construction d’une enveloppe psychique propre à nous même.

Etre soi-même c’est pouvoir s’ouvrir aux autres sans être déstabilisé par les éléments extérieurs.

Etre soi, c’est se respecter soi-même, c’est un devoir. C’est se retrouver seul avec soi-même.

Etre soi c’est ne compter que sur soi-même, ne pas dépendre de l’autre ou des autres. Avoir son propre avis ne pas porter de jugement , décider pour soi.

Quand le dérèglement des sensations prend le dessus, il faut savoir dire stop et reprendre le chemin de sa vie.

Il suffit d’un traumatisme sévère durant la petite enfance non réglé pour ressurgir des années plus tard suite à un événement de la vie. Un travail thérapeutique est nécessaire pour retrouver son équilibre.

Ne pas aller dans les excès car la vie sait vous le faire rappeler. Plus rien ne va comme vous le voulez, il faut savoir stopper cette ascension et revenir à des valeurs qui sont les vôtres. Des valeurs simples, trouver son propre terrain d’entente afin de retrouver l’harmonie intérieure.

Rester maître de soi, de ses choix, savoir se défendre face à son inconscient pour retourner à la réalité. Réussir à stopper tous préjugés qui vous empêchent de vivre votre propre moi. Cette partie de soi qui incite aux préjugés doit être démystifié afin de trouver le bon chemin vers soi.

Le conscient doit être plus présent que l’inconscient tout en sachant que ce dernier fait partie de soi.

L’être humain dès sa naissance doit se construire, évoluer afin de trouver sa vraie personnalité, donc son propre accomplissement.

C G Jung appelle cela l’individuation et DJ Siegel le nomme l’intégration.

En conclusion, la vie est un éternel travail sur soi-même, surtout quand la personne arrive à la quarantaine où elle se pose la question : « Pourquoi suis-je fais ? »

Réussir l’accomplissement de soi, trouver ses limites, créer son propre univers rien que pour soi pour s’épanouir et retrouver l’enfant qui sommeille en soi.

Flore Delapalme est psychanalyste jungienne, psychologue spécialisée dans les bilans de compétences. Elle aborde le sujet du « Moi » par le biais d’exemples, de témoignages et comparaisons aux mythes grecs. Mythes souvent utilisés dans la psychanalyse et la psychologie. Les contes sont également présents dans les études psychanalytiques.

Le sujet du « Soi-même » est traité avec simplicité facile de lecture et captivant.

C’est un livre tout public qui fait prendre conscience de beaucoup de choses dont nous ne sommes pas toujours conscients.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *