Karin Brunk Holmqvist « Aphrodite et vieilles dentelles » éditions Mirobole.

scan0021-7C’est dans le petit village de Borrby en Suède que vivent Elida 79 ans et Tilda 72 ans, deux sœurs restées vieilles filles. Depuis qu’elles sont nées, elles n’ont jamais quitté la maison familiale contrairement à leur frère Rutger devenu journaliste dans un journal local à Orebro.

Depuis la mort de leurs parents, elles continuent à vivre dans cette maison pleine de souvenirs, ayant gardée la même chaleur et la douceur de vivre.

Leur vie est bien réglée, tous les jours elles exécutent les mêmes gestes, les mêmes rituels.

Un matin en lisant le journal, elles apprennent que la maison du voisin vient d’être vendue à un homme de la ville. Un certain Alvar Klemens un directeur de bureau, homme célibataire approchant de la retraite.

Depuis l’arrivée de cet homme, les deux femmes commencent à changer d’attitude, surveillant ses moindres faits et gestes.

Une relation amicale s’instaure entre Alvar et les deux soeurs à leur grand bonheur. Ils s’invitent mutuellement appréciant ces moments de rire et de partage.

Un jour alors qu’elles regardent dehors, elle assistent à une scène troublante entre un chat et une chatte et plus tard entre un lapin et une lapine. Après que le chat et le lapin aient mangé l’engrais qui se trouvait dans les bacs à fleurs du jardin d’Alvar. Une frénésie sexuelle s’est emparée des mâles.

Mais qui a-t-il dans ce terreau ?

Alvar explique aux vieilles dames qu’il souffre d’insomnies et qu’il se prépare les soirs une décoction à base de café et d’alcool. Puis il jette le marc dans les plantes afin de servir d’engrais.

Ayant constaté les effets secondaires qu’occasionnait cette mixture sur les animaux, elles décident de le faire appliquer sur les hommes. Elles créent une entreprise de vente par correspondance d’élixir aphrodisiaque.

Rapidement elles font toutes les démarches et commencent leur petit business.

Les affaires prospèrent et grâce à l’argent gagné, elles vont pouvoir faire installer des wc dans la maison, ainsi qu’une salle de bain et l’eau courante.

Mais le rythme effréné des commandes commencent à les inquiéter et la panique les prend, préférant cesser cette activité, certes lucrative mais devenue stressante et fatigante pour elles.

L’hiver passé, elles font faire leurs travaux de confort de la maison et reprennent leurs vies, satisfaites de ce choix.

Cette histoire est une bouffée de fraîcheur et de bonheur. Ces deux sœurs qui n’ont jamais connu l’amour, vivent toutes les deux comme un vieux couple, se connaissant par cœur. Elles sont attachantes, drôles maladroites et touchantes.

Ce livre est un gros bonbon dans le monde de la littérature. On se laisse emporter par les odeurs et le croustillant des gâteaux que confectionnent Elida et Tilda. On s’imagine dégustant les bons plats qu’elles font pour Noël. On sent le vin chaud couler dans la gorge, le café du soir qui embaume la cuisine. Café qu’elle prennent accompagné d’une biscotte trempée dans la tasse. Tasse posée sur une nappe en dentelle soigneusement déployée sur la table.

On vit au rythme de ces délicieuses septuagénaires si discrètes et réservées.

Quand on voit le portrait de Karin Brunk Holmquist on comprend pourquoi Tilda et Elida dégagent autant de douceur.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *