Hubert & Virginie Augustin « Monsieur Désire? » éditions Glénat.

 

scan0001dsc_0010Lisbeth, une jeune femme au physique ingrat, est embauchée comme domestique chez monsieur Edouard un homme riche dont la réputation de Don Juan n’est plus à faire.

Homme blasé, il s’adonne sans vergogne aux jeux de sexe et de beuverie. Allant d’une conquête à une autre sans se soucier du reste.

Lisbeth, elle, est une jeune femme timide, discrète qui ne souhaite  faire que son travail dans cette immense maison victorienne gérée par une femme autoritaire, Ms Oliver.

Une nuit, alors que Monsieur Edouard rentre complètement ivre d’une soirée de débauche, Lisbeth le déshabille et le couche, le veillant toute la nuit.

Le lendemain, elle devient sa dame de compagnie. Tous les jours elle doit écouter les récits des ébats charnels de cet homme pédant et orgueilleux.

Tous les jours, elle doit subir ses récits désabusés. Elle écoute imperturbable ne montrant aucun signe d’émotion.

Tous les soirs elle doit aller le récupérer dans des lieux de luxure, dans des bordels infâmes où le sexe dépravé n’est que motif à jouir.

L’entendre parler de son dépucelage ne la dérange en rien, elle reste fidèle à son rôle. Ecouter tout simplement cet homme arrogant et fier qui semble parfois se dégoûter lui même.

Monsieur Edouard, voit en cette jeune femme un moyen d’extérioriser ses démons qui l’habitent depuis si longtemps en lui racontant tout dans les moindres détails. Essayant parfois de la provoquer, mais en vain, Lisbeth ne cède pas.

Mais cette relation n’est pas au goût de tout le monde dans cette époque victorienne où chacun doit être à sa place.

Lisbeth devra prendre une décision.

Hubert nous entraîne avec réussite dans le Londres victorienne. Les scènes se passent essentiellement dans cette grande demeure ou la nuit dans les rues pavées de la ville, les couleurs sont sombres, chaudes et délicates. Seule les dernières pages de l’histoire sont rayonnantes de lumière donc d’espoir.

Les expressions des visages sont très belles et réalistes. Lisbeth, malgré son visage banal, ordinaire, et ses formes harmonieuses, semble belle sous le crayon de Virginie Augustin.

Quant à Monsieur Edouard, ses traits sont fins décrivant un homme jeune et beau, mais son regard parfois est froid et dur.

Pour écrire cette histoire, Hubert a su utiliser les mots justes, ceux utilisés à cette époque : « Baisse les yeux jeune fille ! Ne sois pas outrecuidante ! »

L’histoire de « Monsieur Désire ? » écrite par Hubert et illustrée par Virginie Augustin est une très belle BD que ce soit sur le plan scénario que sur le plan dessin.

Afin de mieux comprendre la société victorienne, Hubert nous explique à la fin du livre, cette période où Londres était considérée comme la première ville du monde.

Textes accompagnés d’illustrations d’époque.

Je découvre au fil des jours le monde de la BD et sincèrement je m’aperçois que j’y prends goût.

Une interview de Hubert sera mise en ligne après le festival Quai des Bulles 2016.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *