Romain Ternaux « L’histoire du loser devenu gourou » éditions Aux Forges du Vulcain.

Gaffeur, menteur, feignant, plutôt orienté vers la bière et le whisky, libido excessive inassouvie tel est la vie de ce jeune loser vivant au crochet de ses parents, se prenant pour un écrivain. Ecrivain raté, écrivain maudit, n’ayant publié qu’un seul livre dont le stock squatte chez lui depuis des lustres. Ses écrits rédigés alors que son sang n’était qu’alcool, n’ont attirés l’attention de personne dans le monde de la littérature et de l’édition.

Un jour, ses parents lui annoncent qu’ils ne lui verseront plus sa pension et lui propose un emploi de balayeur dans une fondation.

Obligé de s’y rendre, le jeune loser découvre en ce lieu des pratiques plutôt étranges mais qui semblent attiser sa curiosité.

Ce grand bâtiment gris dont les façades sont ornées de sculptures de scènes érotiques héberge une secte. Ses membres, des gens fortunés s’adonnent à des pratiques quelque peu surprenantes. Partouzes à chaque étage….

Après une journée passée à descendre à pied les poubelles remplies de capotes pleines dans l’incinérateur, il donne sa démission et réussit à accéder aux étages par l’ascenseur qui lui était interdit la veille pour rencontrer le gourou afin qu’il puisse lui payer sa journée de travail. Mais cette rencontre ne va pas se passer comme il l’espérait.

Les situations rocambolesques vont se multiplier embringuant notre jeune loser dans une histoire complètement abracadabrantesque. Il entraînera son meilleur pote Walter, loser numéro deux, aussi alcoolique qu’obsédé sexuel dans ses boires et déboires.

Pas envie de vous prendre la tête, alors plongez-vous dans ce bouquin complètement délirant, improbable, dont l’humour glauque est plus qu’omniprésent. Ce jeune loser anti-héros nous emmène dans le monde de la dépravation manipulée, lui dont la libido ne pouvait être assouvie, il aurait dû être le Maître….. Mais la suite des événements n’est pas toujours celle que l’on pense.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *