Philippe Colin-Olivier « Corps d’élite » éditions Pierre-Guillaume De Roux.

Fidèle ! Paul Lahti ne l’est pas vraiment. Se croyant au dessus des lois, notre cher président de la république se permet tout. Atteint du syndrome de Clérambault, il saute sur tout ce qui ressemble au sexe « faible ». Il profite de la crédulité de certaines jeunes femmes pour les embarquer dans son délire sexuel. Il a le droit, c’est lui le président de la république….

Depuis quelques temps, il trompe sa femme avec Inès, une jeune actrice de seconde zone, ne pensant qu’à la culbuter sur le bureau présidentiel. N’ayant aucun respect pour la jeune femme comme pour le mobilier qu’il déteste au plus haut point.

Diane, sa femme connaît les pratiques de son odieux mari. Ne supportant plus cette situation elle décide de prendre un amant. Ce sera Damien, un jeune écrivain dont le succès n’est pas encore prouvé, mais peu importe, elle se retrouve dans son lit. Qu’il est bon de se sentir femme et respecter par un homme qui malgré sa réputation de coureur semble s’attacher à cette femme séduisante et cultivée.

Un soir, Diane entre dans le bureau de son mari et se retrouve face à lui en position plutôt compromettante. Séance de flagellation entre Inès et le président. Son sang ne fait qu’un tour, elle part se réfugier chez Damien et demande le divorce.

Mais l’abject Paul ne voit pas cela du même œil. Il est hors de question que Diane le quitte. Dût-il employer la manière forte.

Malgré les menaces, Diane ne compte pas se laisser faire. Méfiez-vous des femmes monsieur le président…..

Cette histoire digne des vaudevilles nous entraîne dans le palais de l’Elysée où Paul Lahti le président de la république, un homme n’aimant que son petit nombril bien ancré sur son ventre rondouillard préfère passer son temps à « jouer » avec de jeunes femmes un peu niaises et garces comme il les aime. D’ailleurs, une femme ne peut pas être plus que ça à ses yeux.

Pensant être le maître du jeu, la situation dans laquelle il s’est mise va se retourner contre lui. Je dirais : Bien fait pour lui. Tellement cet homme est sans compassion, hypocrite et menteur.

Un roman fiction mais qui n’est pas sans rappeler certaines frasques de la vie de monsieur Hollande.

Moment de lecture agréable et distrayante à lire bien entendu au second degré quoi que….

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *