Morvan – Voulysé – Ortiz – Domenach « Mao Zedong » collection « Ils ont fait l’histoire » éditions Glénat/Fayard.

Après une longue agonie, Zhou Enlai, premier ministre de la république populaire de Chine, s’éteint le 15 janvier 1976.

Sa femme, Deng Yingchao raconte.

26 décembre 1893, Mao Zedong nait au sein d’une famille paysanne.Il  Déteste son père et adule sa mère. A 14 ans il est contraint d’épouser une fille plus âgée que lui, veuf à 17 ans, il décide de partir étudier à l’école pour s’instruire.

Il aime refaire le monde avec ses amis étudiants, mais sa seule préoccupation c’est lui. Trouver son bien-être par le développement personnel. Ses deux ouvrages préférés sont « L’art de la guerre » de Sun Tzu et « Au bord de l’eau » de Shi Nai’An.

Il épouse la fille de son professeur préféré, mais n’aura aucun scrupule à la tromper. Tout ce qu’il fait n’est que son propre désir qui le guide. Comme ce qu’il fera durant sa vie.

1919, jeune diplômé de l’école normale du Hunan, Mao s’intéresse étroitement aux théories marxistes et communistes.

Mars 1926, Zhou est nommé directeur du département politique à Whampoa académie militaire, il fait la connaissance de Mao Zedong alors que Zhou était sur le point de libérer des généraux russes.

Ils ne se sépareront jamais, leur chemin de bataille, c’est la révolution. Mao enrôlent les paysans, ils sont plus faciles à manipuler.

La guerre civile éclate, il s’allie avec deux seigneurs de guerre afin de mener à bien sa bataille. Mais sa meilleure stratégie pour lui est de fuir. Il mène ses troupes hors du conflit et commence alors la Glorieuse Grande Marche qui durera pratiquement un an, au péril de la vie d’un très grand nombre de « soldats ».

Il semblerait que toutes ces batailles n’auraient été que légendes ou propagande, mais les morts sont bien là rien que pour l’idéologie d’un homme totalement mégalomane.

Le 7 juillet 1937, les japonais attaquent le pont Marco Polo, Pékin tombe aux mains des japonais. Un massacre sans précédent débute à Nankin en décembre.

En 1949, en pleine deuxième guerre mondiale, Mao Zedong se proclame le premier Staline chinois, se considérant comme un empereur.

Les sympathisants sont de plus en plus nombreux à suivre cet homme sans scrupule, revendant de l’opium pour acheter des armes.

Il planifie entre 1958 et 1962 une famine dans toute la Chine faisant 37 millions de morts. Malgré les productions excessives, le peuple meurt de faim mais Mao veut prouver que son pays deviendra le plus riche du monde.

Voyant la situation s’enliser, il est destituer de plus en plus de ses responsabilités. En représailles, Mao déclenche une révolution qu’il prétendra être culturelle, mais il n’en est rien. Epuration des intellectuels, des artistes, et de certains communistes sont jugés et exilés. Mao avait enfin le pouvoir absolu.

Mao ne viendra même pas à l’enterrement de Zhou, trop jaloux de la réussite politique de son camarade.

Que les guerres sont stupides. Au nom de quoi au nom de qui ? Pour un idéal, mais de qui, d’un peuple ou d’un seul homme ?

Dans cette super BD, les auteurs nous retracent la vie de ce dictateur très souvent controversé. Idéal pour ceux qui n’aiment pas spécialement l’histoire mais qui cherchent à parfaire leurs connaissances dans le domaine des grands hommes ou femmes de l’histoire.

A la fin de la BD, une biographie accompagnée de photos vous permettra d’en savoir encore un peu plus. Vraiment très intéressant.

J’aime beaucoup de ce genre de BD, on devrait les fournir dans les établissements scolaires, je suis certaines que les élèves prendraient plus de plaisir à apprendre l’histoire.

Il existe plusieurs volumes dans cette collection «  Ils ont fait l’Histoire » alors pourquoi ne pas apprendre tout en se distrayant !

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *