Marina Mielczarek « Bal inuit » éditions Arcanes 17.

Elle qui était partie à kuujjuarapik dans la baie d’Hudson pour trouver des réponses à la question « La souffrance possède-t-elle un mot ou une expression universelle ? », Mélusine une jeune linguiste de 34 ans, ne pensait pas se retrouver dans un lieu où les gens et les légendes sont tout aussi étranges voire farfelus.

Pierre ce jeune garçon estropié retrouvé dans le ventre d’un morse. Miko, une de ses mères adoptives, conteuse et sculptrice sur glace. Thomas, avocat-juge beau parleur en mission pour retrouver le délinquant qui s’est amusé à tondre tous les chiens de la tribu Inuit et Cris. René l’animateur radio un ancien alcoolique. Uugi le vieux trappeur gérant du « Caribou sympa » le bar du village. Naki 13 ans la fille de Miko, amoureuse de Pierre. Des personnages drôles, hauts en couleur, amoureux de leur banquise et fiers de leurs croyances.

Mélusine, ne pensait pas non plus devoir défiler sur un char en l’honneur du jumelage de sa ville Lusignan et de Kuujjuarapik. Défilé organisé en cachette par ses parents, sa sœur Myrtille, une jeune femme extravertie ainsi qu’avec la complicité des habitants du village.

Ce choc culturel la déstabilise et sa mission est quelque peu compromise. Va-t-elle réussir à trouver des réponses à sa question ?

Ayant entendu parlé de Pierre, ce jeune orphelin et la légende du « Bal des animaux », Mélusine n’a plus que ce but. Pouvoir rencontrer le garçon car elle sait qu’il incarne la réponse à sa question. Mais le jeune homme se cache. Alors avec l’aide de Naki, elles vont partir toutes les deux à la recherche des animaux pour pouvoir assister à cet événement magique que personne n’a eu la chance de voir.

Ce qu’elles vont découvrir dépasse leurs espérances.

« Le bal des Inuits » est une histoire originale, drôle avec des personnages attachants, atypiques. Les situations au cours des « aventures » de Mélusine, jeune femme un peu trop coincée sont parfois rocambolesques.

Un moment de lecture agréable au pays du grand nord.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *