Myriam Bellecour « Vite, ma retraite ! » éditions Gaïa.

Marie Vauban est au bord de la crise de nerf. Trop de stress, trop de boulot, trop de tout, elle soupçonne même de faire un burn-out.

Entre son métier d’avocate, ses gosses, des ados qui parlent plus dans leur téléphone portable qu’à leur mère et qui ne se soucient guère de la vie de famille, Marie n’en peut plus.

Elle confie tous ses dossiers professionnels à son jeune assistant Guillaume et part enfin au calme dans la résidence « La retraite paisible » à Giverny petit village de Normandie.

Quelle drôle d’idée pour une femme de 43 ans d’aller passer des vacances dans une pension pour séniors. Mais son choix est délibéré. Elle veut avoir un avant goût de sa retraite.

Arrivée dans ce lieu de repos, elle se plie sans problème au règlement, aux horaires et au rythme de cette nouvelle vie.

Elle se laisse mener dans un tourbillon de tranquillité et de bonheur, s’investit dans la vie de cette communauté de séniors encore très dynamiques.

Marie est heureuse, oublie tout, ne consulte plus ses mails, ses sms. La vie coule doucement sans souci du lendemain préférant discuter avec ses amis, Charlotte, Liliane, monsieur Sainte Foy, madame Bouley.

Marie apprécie aussi, ses moments de calme, à lire dans sa chambre en attendant le dîner entre 17,30 h et 18,30 h. Elle est enfin heureuse.

Elle reçoit même tous les matins une rose blanche déposée au pas de sa porte de chambre. Un admirateur inconnu !

Chacun y va de sa petite idée quant à ce mystérieux prétendant.

Mais les belles choses ont une fin. Marie va devoir répartir dans son ancienne vie, laissant derrière elle ses nouveaux amis.

La vie parfois peut réserver de belles surprises.

Myriam Bellecour a écrit un petit roman d’une grande fraîcheur, plein de joie, de finesse, d’humour et de tendresse.

Beaucoup se font une idée négative sur la vieillesse. En lisant ce roman, beaucoup changeront d’avis. Les « vieux » savent eux aussi s’amuser, aimer, s’aimer, évoluer avec notre temps. Ils nous apportent ce que nous n’avons pas : l’expérience de la vie.

Un moment de lecture très agréable qui vous fera sourire par cette situation quelque peu surprenante mais tellement pétillante pleine de délicatesse.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *