Jo Marchant « Se guérir » Quand l’esprit soigne le corps. éditions Flammarion.

Jo Marchant est docteure en génétique et microbiologie médicale. Grâce à des recherches et des témoignages, elle nous fait découvrir le monde de l’auto-guérison par l’esprit.

De nombreuses études ont été faites pour comprendre comment l’esprit agit sur le corps donc sur notre santé.

Comment réagit le corps face à l’esprit dans lequel on se trouve.

Que ce soit dans la médecine occidentale ou la médecine traditionnelle ou alternative, chacun a sa méthode pour soigner les maladies.

L’effet placebo, l’hypnose, la méditation, la psychanalyse, la religion, toutes ces méthodes sont étudiées afin de mieux comprendre leurs effets sur l’esprit donc sur le corps.

Grâce à des témoignages, Jo Marchant nous montre comment certains malades ont pu affronter, soulager les douleurs et la souffrance qu’ils avaient durant la maladie.

Même si parfois certaines méthodes alternatives sont utilisées dans les hôpitaux, le corps médical reste encore sceptique quant à certaines pratiques.

L’esprit ne guérit pas mais il peut aider le patient à aborder la maladie avec une certaine sérénité, réduisant parfois l’absorption de médicaments tels que les antalgiques, les anti-dépresseurs, les corticoïdes.

Pouvoir détourner la sensation de douleur en occupant l’esprit par des choses agréables et rassurantes peut être bénéfique.

Certains médecins ont inventés des méthodes telle que le programme Snow World. Un logiciel utilisé durant des séances de kinésithérapie pour les grands brûlés.

L’hypnose, l’écoute, la relaxation aident également les patients lors d’interventions chirurgicales sous anesthésie locale.

L’état d’esprit dans lequel l’individu est, est très important. Il a été reconnu que les populations pauvres vivant dans de mauvaises conditions ont de plus gros problèmes de santé, de stress. Les maladies sont plus fréquentes.

L’hygiène de vie est importante, beaucoup pratiquent la méditation, le yoga, vivent sainement afin de limiter le risque de maladies.

Toutes ces techniques sont parfois complémentaires. Savoir les associer afin que les malades puissent aborder la douleur dans de meilleures conditions.

Conclusion : Mens sana in corpore sano.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *