Eric Essono Tsimi « Les ex ne meurent jamais » éditions Az ‘Art Atelier.

De retour en Afrique pour un colloque, Josh Minala décide de se trouver une femme.

Pas facile pour un jeune écrivain parti de son pays natal de rencontrer une femme qui puisse lui convenir.

Entre Menya Katalina, Séraphine, Riter, Greta, Minala se souvient, se perd dans ses souvenirs, côtoyant ce présent sans réel avenir sentimental.

Josh Minala est un jeune écrivain, en quête d’identité, se sentant rejeté, ignoré dans son « pays d’exil » la Suisse.

Se considérant comme un afrocain, mi-africain mi-blanc, il ne trouve pas plus sa place dans son pays d’origine.

Son opinion de l’Afrique est sombre voire dure mais pourtant si réaliste. Ses propos laissent à réfléchir quant à l’histoire et le sort de l’Afrique et des africains, berceau de l’humanité.

Cette histoire pleine, d’humour et de réalisme m’a plu. L’écriture est fine et recherchée bien maîtrisée.

Agréable moment de lecture.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

2 messages sur “Eric Essono Tsimi « Les ex ne meurent jamais » éditions Az ‘Art Atelier.

  1. Ce colloque c’est en effet le noeud du texte. Heureux quil vous ait plu et de la variété de vos lectures dans laquelle le roman « Les Ex » se fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *