Todd Robinson « Cassandra » éditions Gallmeister.

William Malone dit Boo et Darrell McCullough surnommé Junior sont deux potes de toujours. Ils se sont connus au foyer de garçons Saint-Gabriel alors qu’ils n’étaient que deux gosses perdus, deux gosses largués dans cet établissement parce que la vie ne les a pas épargnés.

Rien n’a pu les séparer. Depuis ils bossent ensemble. Ils ont créé leur propre boîte de sécurité, bossant à droite à gauche comme videurs dans les bars et boîtes de nuit.

Un soir, alors qu’ils surveillaient l’entrée du Cellar, un bar où se déroulait un concert pour ados prépubères, une femme, accompagnée d’un ancien flic nommé Barnes leur rend visite. Kelly, la jeune femme propose à Boo et Junior de rechercher une adolescente. Payé 25000 dollars, les deux associés acceptent cette mission.

Ne connaissant pas l’identité de la jeune fille, les deux acolytes demandent à rencontrer le commanditaire. Il s’agit du procureur de Boston, Jack Donnelly. Sa fille Cassandra a disparu depuis plusieurs jours.

Et voilà comment les deux copains se sont retrouvés dans une enquête tout à fait inédite pour eux. Il faut dire que réfléchir n’est pas toujours dans leurs cordes, mais l’appât du gain est très attractif. Jouer les gros bras, fait partie de leur quotidien et question cérébral c’est parfois une autre histoire. Leur seule référence questions flics et détectives, c’est 2 flics à Miami.

Boo et Junior vont se retrouver dans une affaire qui parfois va les dépasser mais ils veulent aller jusqu’au bout de leur enquête pour récupérer Cassandra et la ramener chez son père.

Les choses ne vont pas se passer comme ils l’auraient souhaitées et les morts vont s’enchaîner dans une atmosphère où règne le porno et la pédophilie.

Un coup de cœur pour ce polar rondement mené par deux braves gars, musclés tatoués qui pensaient avoir tout vu quant à la violence de la vie.

Polar plein d’humour, les dialogues sont excellents, parfois crus mais ils font partie de cette ambiance où règne, la mafia, les flics pourris, les gens sans scrupules, les camés, les gosses perdus.

Ce duo de choc est très attachant. Leur amitié est très forte, rien ne peut les séparer même pas la mort.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *