Yann Le Poulichet « Les bras cassés » éditions Denoël.

Prenez trois potes, Jules, Virgil et Nico. Trois glandouilleurs vivant dans l’ancien appartement d’un détective privé de Barbès.

Ajoutez une femme trompée qui veut prouver l’adultère de son mari.

Eléna la sœur de Virgil kidnappée par on ne sait pas qui.

Des employés malhonnêtes et sans scrupules travaillant pour la  maison de production Kador &Co.

Une secrétaire assassinée.

Un employé de chez Kador &Co disparu depuis trois ans.

Des mafieux croates bien décidés à récupérer des photos.

Des gitans pas très futés bien décidés à récupérer leurs gains.

Des hackers complètement déconnectés du monde réel.

Des flics à la poursuite des trois compères soupçonnés de meurtre.

Et vous vous retrouvez dans une histoire complètement farfelue. Un polar drôle et rondement mené par trois copains complètement dépassés par les événements.

C’est dans un rythme effréné qu’ils vont se lancer dans cette enquête. Ils ne savent pas vraiment où ils vont d’ailleurs, c’est ce qui est amusant. Eux qui n’ont pas l’habitude de bouger, ils vont bien être obligés de réagir pour sauver « leurs fesses » et surtout réfléchir.

Les dialogues sont percutants et hilarants. On s’imagine bien certaines scènes tellement elles sont cocasses.

Cela change vraiment des polars « sérieux » avec un commissaire sérieux, des vrais méchants trop méchants. J’ai franchement aimé ce côté décalé et déjanté de l’histoire.

Je ne vous dirai pas la fin, mais étant donné que toute cette histoire est écrite sur le ton de l’humour, on peut se douter qu’elle va bien se terminer….

Si vous souhaitez vous détendre en lisant un bon polar durant l’été, je vous le conseille sincèrement.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *