Marie Dampoigne « Et ça, ça se met où ? » éditions de l’Opportun.

Sur la vitrine d’un magasin : « Recherche vendeuse, urgent ». Ce boulot, il lui faut absolument.

Marie, une étudiante en histoire de l’art pénètre dans la boutique. Après un rapide entretien avec le responsable, elle démarre sa formation le jour même.

Travailler dans un sex-shop quartier Pigalle, pourquoi pas !

Dans son livre, Marie Dampoigne raconte son quotidien atypique de vendeuse dans un sex-shop. De 18,00h à 2,00 h du matin, Marie va rencontrer et servir des clients de tous genres.

Des curieux, des habitués, des pervers, des timides, des couples, des bandes de jeunes, des exigeants, des jeunes des moins jeunes, des vieux. Des SM, des coincés. Des anonymes, des célébrités. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Tous les soirs, Marie fait son travail consciencieusement, prenant le temps d’écouter les désirs des clients. Expliquant le bon fonctionnement d’un plug, d’un sex toy, sortant certains clients de situations rocambolesques. Jouant même parfois la baby sitter ou dog sitter.

Des situations drôles racontées avec finesse sans vulgarité sous forme de scénettes brèves mais efficaces. L’auteure nous fait découvrir cet univers souvent inconnu de beaucoup d’entre nous et pourtant souvent objet de fantasmes inavoués.

La couverture flashy me fait penser aux couleurs pétantes qu’ont ces jouets pour adultes. Fond rose avec un joli petit canard jaune, trop craquant….

Rapide à lire, il pourra être votre compagnon de plage pour cet été.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *