Annie Boucher&Pascal Delmotte « Bourvil le ciné d’André » la filmographie complète. éditions Flammarion.

C’est sous le nom de Bourvil que l’on connaît André Raimbourg.

Dès que l’on prononce son nom, on pense tout de suite à toute cette merveilleuse carrière cinématographique qu’il nous a offert et qui nous enchante toujours.

On pense tout de suite à cet homme d’une grande humilité, d’une extrême douceur dont le regard n’exprimait que gentillesse, bonté et tendresse.

On pense à ces scènes cultes qui nous ont faits tant rire car ce que l’on garde de lui c’est son côté naïf, parfois beunet mais si attachant. Son regard qui voulait tout dire, sa démarche, mais surtout son rire communicatif qui vous donnait du baume au coeur.

Bourvil vivait à trois cents à l’heure, tournant film sur film. Après un début discret en tant que figurant (Croisières sidérales d’André Zwoboda – 1942), il enchaîne les tournages avec toujours autant de fougue et de passion. Il joue et chante à son plus grand bonheur et celui des spectateurs.

Ses films sont de vrais succès hormis certains mais les critiques sont toujours à l’affût de la moindre faille.

C’est par millions de spectateurs que ses films seront vus et appréciés.

Grâce au très beau livre écrit par Annie Boucher et Pascal Delmotte, nous découvrons la filmographie complète de l’artiste, de ses débuts jusqu’au dernier film de sa carrière et de sa vie. Bourvil décédera le 23 septembre 1970 à l’âge de 53 ans emporté par la maladie de Kahler (dégénérescence de la moelle osseuse).

Album excellemment illustré, nous découvrons des photos des tournages, mais aussi des anecdotes que nous ne connaissions pas.

Tout en tournant les pages du livre, on se souvient, on fait « Ah oui, c’est vrai ! » on sourit on s’attendrit. On ne peut pas rester insensible à toute cette œuvre inoubliable et incontournable.

Souvenez-vous de « la grande vadrouille », du « Corniaud », de « Passe-muraille », du « Jour le plus long » et tant d’autres.

Francis Huster a écrit une très belle préface, touchante et émouvante fidèle à Bourvil.

Merci à lui.

Je conseille vivement ce superbe album qui je sais vous plaira comme il m’a plu.

Un Enorme coup de Coeur.

PS : Un grand Merci à Annie Boucher et Pascal Delmotte pour leur gentille dédicace que j’ai pu lire en ouvrant le livre.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *