Thomas Azuélos & Simon Rochepeau « L » homme aux bras de mer ». éditions Futuropolis.

Depuis un an Mohamed vit enfermé dans cette prison de Bretagne, loin de son pays, la Somalie. Enfermé entre ces quatre murs, Mohamed attend son procès espérant une libération rapide.

Son crime c’est d’avoir participé à un acte de piraterie au large des côtes de son pays. Prise d’assaut d’un voilier français, séquestration, intervention de la marine française. Trois morts seront à déplorer.

A treize ans, Mohamed travaillait déjà avec son père, affrontant la mer pour rapporter de quoi manger et faire vivre sa famille. Les années passent, les gros chalutiers étrangers envahissent les eaux, pillant les fonds marins, laissant les somaliens dans une extrême pauvreté faute de pouvoir rapporter du poisson.

Endetté, affamé, Mohamed n’avait plus qu’à s’enrôler dans un groupe de pirates afin de trouver l’argent pour vivre.

Mais le voilà à des milliers de kilomètres de chez lui, enfermé, peu conscient de la gravité de son acte désespéré.

Ne parlant pas le français, Maryvonne, une bénévole va tous les jours lui apprendre la langue afin qu’il ne puisse plus rester isolé. Qu’il puisse communiquer avec les autres détenus et plus tard avec les compagnons des Emmaüs dont il fera partie suite à sa libération sous contrôle judiciaire.

Mohamed se sent toujours prisonnier, exclu, même si ces compagnons tentent de l’intégrer dans la communauté.

Le jeune somalien n’a qu’un seul souhait, rentrer chez lui pour revoir sa mère.

« L’homme aux bras de mer » est tiré d’une histoire véridique. Simon Rochepeau a rencontré Mohamed, ce jeune somalien de 27 ans devenu pirate pour survivre.

C’est l’histoire d’un pays d’une très grande pauvreté, pays pillé par des pêcheurs étrangers sans scrupule, leur volant leur bien le plus cher, la mer.

C’est une histoire d’hommes exclus, luttant tous les jours pour se réinsérer dans notre société. C’est l’histoire de personnes anonymes qui tentent de les aider, donnant de leur temps et de leur énergie afin qu’ils puissent retrouver leur dignité.

Récit puissant et douloureux d’un homme emprisonné à des milliers de kilomètres de chez lui, la Somalie. Récit de son parcours long dans les méandres de la justice et de l’administration de la France, de son attente sans savoir ce que sera son avenir.

Récit aux dessins sobres par le peu de couleurs. Du gris, du noir, du blanc et parfois une touche de jaune ou de rouge cela suffit pour donner parfois une ambiance pesante comme la situation dans laquelle vie Mohamed.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *