Gunnar Staalesen « Le vent l’emportera ». éditions Gaïa.

Depuis quelques jours Mons Maeland a disparu sans laisser le moindre indice. Seul son bateau a été retrouvé dérivant dans le Radsund. Inquiète, sa deuxième femme Ranveig demande à Varg Veum le célèbre détective de mener l’enquête afin de retrouver son mari.

C’est sur l’île de Lygra, dans le Nordhordland que va se rendre Varg en compagnie de sa compagne Karin, amie de Ranveig.

Certains pensent que la disparition de Mons est liée au projet de construction d’un champs d’éoliennes sur l’île. La signature des contrats est donc compromise.

Il faut dire que ce bouleversement engendre des rivalités et protestations. Des groupes se créent pour défendre le projet, d’autres, des écologistes parfois trop radicaux pour protéger l’environnement estimant que la construction de ces gigantesques « moulins » à vent vont détruire le paysage.

Lorsque le corps de Mons est retrouvé crucifié sur la croix qui domine le terrain où doivent être implantées les éoliennes, Varg va devoir mener une nouvelle enquête.

Engagé par la société TWO, investisseur dans le projet éolien, Varg aura pour mission de trouver les failles survenues lors de la transaction des terrains tant convoités en 1988 entre Per Nordbo et Mons Maeland.

Varg va progressivement faire des découvertes qui vont l’amener vers d’autres directions dont il ne pensait pas se rendre.

Ce projet est-il vraiment la cause de toutes ces conséquences. Ces rumeurs, ces morts, ces décisions, ces nouvelles qui risquent de bouleverser le cours de l’enquête et la vie du détective?

Je ne connaissais pas les enquêtes de Varg Veum, ce détective privé norvégien. L’intrigue est très bien menée, les rebondissements réguliers dont on ne s’attend pas. L’écriture est belle et les descriptions des paysages laissent le lecteur plonger dans des lieux où la nature sauvage donne envie d’aller voir.

« Le vent l’emportera » est la quinzième enquête du détective Varg Veum.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *