Quella-Guyot & Morice « L’île aux remords ». éditions GrandAngle.

Des pluies torrentielles s’abattent sur les Cévennes. Les rivières dégorgent emportant avec elles tout ce qui se trouvent sur leurs chemins. L’orage éclate, la nuit va être longue et douloureuse pour les habitants, voyant leurs maisons ravagées par les eaux et la boue.

Fin septembre 1958, le docteur Jean Poujol, jeune médecin du village est sollicité par cette nuit agitée.

Inquiet pour son père, il part au péril de sa vie le retrouver. Le vieil homme vit en haut de la colline. Enraciné sur ses terres, protégé des eaux destructrices. Lui qui rêve tant d’îles le voilà servit….. Sa maison est entourée d’eau, l’isolant encore plus. Surplombant les plaines et la garrigue.

Cela fait quatre ans que Jean est revenu au pays mais son père garde au fond de lui une certaine rancoeur et amertume.

Fuir était-ce la meilleure solution ?

La pluie a cessé, les deux hommes se retrouvent face à face. Commence alors une discussion qu’ils auraient eu avoir il y a bien longtemps.

Jean va savoir. Savoir qui était sa mère, d’où venait-elle contrairement à tout ce qui avait été dit auparavant. Révéler la vérité, celle qui est toujours restée cahcée. Le moment est venu. Jean doit savoir afin qu’il puisse se construire, accepter ses origines.

Jean se confie, raconte son départ, ses voyages, ses engagements dans l’armée en tant qu’infirmier et plus tard médecin dans les camps pénitentiaires au Cambodge. Son retour sur la terre natale.

La vérité n’est pas toujours facile à exprimer mais pour le vieil homme son « fils » doit savoir.

Quelle belle histoire. L’histoire d’un père et son fils. L’amour que l’on porte à un enfant qui n’est pas forcément le sien.

Cette superbe bd aux dessins d’une grande qualité, aux couleurs tendres comme les couleurs d’un début de soirée où les teintes deviennent douces et chaleureuses est une histoire sur les origines, l’identité, la tolérance, la colonisation, le racisme. Les mots sont soigneusement bien choisis faisant de ce récit une leçon d’histoire.

Un huis clos émouvant entre un père et un fils qui se sont perdus et qui tentent de se retrouver.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *