Erwan de Fligué « Une histoire du mannequin de vitrine » éditions Flammarion.

Autrefois utilisé par les médecins ou les artistes, le mannequin a trouvé Sa place dans le domaine de la mode. Support indispensable pour la présentation des collections de mode, il a traversé les années tout en s’adaptant aux normes de la couture et du prêt à porter.

En cire, en carton, en fils de fer, en verre, en bois, en cérolaqué ou aujourd’hui en plastique, le mannequin doit plaire, séduire, attirer le regard.

Posé dans des vitrines au début du XXième siècle par Pierre Imans, ces « êtres » sans en être vont révolutionner le monde de la mode.

Certains fabricants tels que Pierre Imans, Siégel ou Stockman l’avaient bien compris.

Ils embauchaient des peintres, des sculpteurs pour sublimer ces œuvres d’art.

Les créateurs utilisaient tous les moyens qu’il fallait pour se démarquer. Reproduisant des célébrités telles Sarah Bernhardt, Fernandel, Charlie Chaplin, Gaston Doumergue, toute une panel allant outre Atlantique tels que Clarke Gable ou Errol Flynn.

Les années passent et les silhouettes des femmes ne cessent d’évoluer obligeant les fabricants à revoir leurs créations. Modeler les mannequins en fonction des nouvelles normes.

Le mannequin doit être le plus représentatif possible de La Femme afin que les femmes puissent s’identifier.

Les périodes de guerre et d’après guerre ont été décisives pour grand nombre de fabricants. La concurrence étant implacable. Les exportations vers les Etats Unis se font de plus en plus rares. La France doit innover encore et encore. Malgré cela, la délocalisation vers les pays asiatiques dans les années 90 sonnera la fin des grands fabricants.

Ce superbe livre, merveilleusement illustré nous plonge dans un méandre du monde de la mode, car sans les mannequins de vitrines, comment tous ces couturiers et commerçants auraient-ils pu dévoiler leur travaux ?

Les photos des mannequins à travers les époques nous montrent l’évolution des créateurs. Le soin et la perfection dont ils étaient capables nous révèlent que ces créations étaient dignes d’être des œuvres d’art.

Très belle idée de cadeau pour les fêtes de Noël.

Ps : Le livre est bilingue Français/ Anglais.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *