Jacob M. Appel « Une vie exemplaire ». éditions de La Martinière.

Jeremy Balint a tout pour être heureux. Chef de service en cardiologie à l’hôpital Laurendale, une femme dévouée qui sait gérer la maison, son métier de bibliothécaire et s’occuper de leurs deux filles Phoebe et Jessie.

Le jour où il découvre que son épouse dévouée Amanda le trompe avec son ami Warren Sugarman, tout bascule.

Comment a-t-elle pu ? En plus avec son ami d’université devenu chirurgien chef de transplantations cardiaques dans le même hôpital que lui !

Il décide d’éliminer son rival afin de reconquérir Amanda.

Cette décision lui semble tellement naturelle et logique comme si quelque chose enfuit au plus profond de lui s’éveillait comme une évidence. Jeremy est un sociopathe endormi depuis bien trop longtemps.

Quoi qu’il fasse, quoi qu’il pense, son obsession l’envahit. Il doit tuer l’amant de sa femme.

Homme intelligent qu’il est, il va se donner les moyens pour commettre le crime parfait. Peu importe le temps qu’il mettra.

Afin de brouiller les pistes, il décide de devenir tueur en série, assassinant dans différents lieux des personnes choisies au hasard.

Sa première victime, du moins ces deux premières victimes seront un couple de personnes âgées. Après avoir commis son acte qui lui parut répugnant, il entoure autour du cou de la vieille dame un ruban vert. Ce qui lui vaudra le surnom de l’étrangleur à l’émeraude.

Et les meurtres s’enchaînent. Tuer encore et encore. Warren sera sa cinquième victime. Il finira comme les autres, étranglé. Et en guise de signature, un petit ruban vert autour du cou. Jeremy se sent apaisé, heureux. Il a pu mener sa mission à bout.

A l’annonce de la mort de son amant, Amanda reste figée mais bien déterminée à prendre une décision que Jeremy ne pensait pas…..

Très bon polar qu’on lit d’une traite. Jeremy Balint est un sociopathe endormi qui se réveille le jour où il découvre que sa femme le trompe et là tout bascule. Nous entrons dans l’univers diabolique de cet homme qui semblait vivre une vie exemplaire. Son dévouement pour son métier et ses patients le rendait pourtant sympathique et respecté, mais il en est tout autre. Comment ce père aimant est-il capable de tels actes ?

L’écriture est efficace et plaisante, nous emportant pourtant dans l’univers diabolique d’un homme prêt à tout pour sauver « son honneur ».

J’ai aimé ce thriller et surtout la fin qui pourrait faire penser qu’il n’y a pas que Jeremy qui soit sociopathe….

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *