Taiyou Matmumoto « Les chats du Louvre » Tome 1. éditions Futuropolis.

Lors d’une visite, Cécile, une jeune guide au musée du Louvre remarque la présence d’un petit chat blanc. L’animal semble l’écouter. D’où vient ce chat ? C’est Marcel un veilleur de nuit qui lui donnera la réponse. Tous les soirs, le vieil homme, accompagné de Patrick vont faire leur tournée et en profitent pour aller nourrir les chats qui vivent cachés dans une pièce du musée. Lieu resté secret afin que les félins ne soient pas attrapés. Depuis plusieurs générations ils ont investi les lieux et Marcel s’occupent d’eux au quotidien.

Les soirs, les chats sortent discrètement, déambulant dans le musée ou sur les toits, car dans la ville le danger les guette. Les hommes, les voitures, les prédateurs sont à chaque coin de rues.

Flocon, le plus jeune chat aime sortir hors de ce lieu confiné, ce qui ne plaît guère à Dents-de-scie, un chat noir arrivé très récemment. Pour lui, il faut tuer Flocon car il met en péril la vie du  groupe. Il veut se débarrasser du chaton vagabond inconscient des risques qu’il prend.

Le chaton aime se promener dans les couloirs du musée, et entrer dans les tableaux. Est-ce une coïncidence ? Arrietta, la sœur de Marcel disparue dans le musée cinquante ans auparavant avait cette même habitude. Elle écoutait les voix des tableaux et entrait dedans. Marcel reste persuadé que sa sœur vit depuis dans un des tableaux du Louvre.

Qu’est devenue cette enfant mystérieusement disparue ? Flocon et Arritta ne feraient-ils qu’un ? Mi-enfant mi-chat…..

Joli conte, un peu surprenant au début de ma lecture, mais je suis rentrée dans l’histoire au fil des pages. Il règne une ambiance féline mystérieuse et poétique qui rend ces chats clandestins attachants. Les onomatopées sont fréquentes mais peu dérangeantes.

La pâte de Tayou Matsumoto aussi fine que les griffes des chats du Louvre a réalisé d es dessins d’une grande qualité et d’une très grande finesse.

J’attends donc avec impatience le tome 2.

PS : A savoir qu’il faut lire les textes de droite à gauche tel un manga.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *