Ole Thorstensen « Journal d’un artisan ». éditions Gaïa.

Il était une fois un artisan charpentier titulaire du certificat d’aptitude professionnelle et d’un brevet de maître artisan. C’est l’histoire d’un passionné.

Ouvrier puis à son compte, il aime son métier, le respecte. Minutieux, consciencieux, il travaille avec professionnalisme.

C’est l’histoire d’un chantier que ce charpentier menuisier va devoir réaliser pour des particuliers. Transformer des combles en chambres et salle de bain. Un chantier qu’il partagera avec d’autres artisans de différents corps de métier.

Visite chez les futurs clients, prises de cotes, établissement du devis. Contact avec les autres artisans, les architectes, les fournisseurs, les administrations.

Dès le devis accepté, tout doit être synchronisé. L’organisation doit être parfaite afin que chacun puisse travailler dans les meilleures conditions. Il faut dire que ce chantier va durer 6 mois, et cela implique une disponibilité sans faille. 6 mois de travail assuré.

Mais réaliser un tel chantier n’est pas toujours facile à gérer. Eviter les litiges, les éventuels accidents car le danger est toujours présent.

Quand le travail est enfin terminé que l’artisan voit le regard satisfait des clients, c’est sa plus belle réussite.

Alors, l’artisan repart en quête de travail car être à son propre compte n’est pas toujours facile.

L’artisan est un manuel, la paperasse ne fait pas toujours partie des moments agréables du métier, mais il faut bien le faire. Notre artisan lui en profite pour reposer son dos car son métier est dur et fatigant.

Pendant 30 ans Ole Thorstensen a exercé le métier de charpentier. De cette très belle expérience il en a fait un livre, ou plutôt un journal. « Journal d’un artisan ».

Très beau témoignage d’un métier noble, pas toujours facile mais tellement riche.

Ole Thorstensen a réussi à nous emmener dans un univers que beaucoup ne connaissent pas. Partager le quotidien d’un artisan ne semblait pas évident à réaliser mais le résultat est très concluant. Du début jusqu’à la fin le lecteur va être spectateur. Comme si l’on était assis dans un coin des combles à regarder l’artisan travailler. Observer ses gestes, l’évolution des travaux. Et voir le résultat après 6 mois d’efforts et de talent.

Agréable moment de lecture.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *