BEKA & Marko & Cosson « Le jour où elle n’a pas fait Compostelle ». Bamboo Edition.

Antoine a décidé d’emmener Clémentine faire une randonnée dans les Pyrénées. Pas question d’emprunter les GR ces sentiers balisés pour randonneurs en quête du mythique chemin de Compostelle.

Antoine compte pendre les CM, les chemins des moutons.

Le sac à dos délesté, les voilà partis sur les chemins tranquilles et propices à la recherche du chemin de leur propre vie.

Cette « expédition » va permettre à Clémentine de prendre conscience des choix qu’elle doit faire pour être le seul maître de sa vie.

Tout en marchant Antoine lui explique le principe des « Aimanteurs », ces entités immatérielles dont la force et la puissance dépendent de la quantité d’énergie mentale qu’ils reçoivent.

Ne pas suivre le troupeau pour continuer son propre chemin afin de ne pas être influencé par des pensées des idées qui ne sont pas les siennes. Tel un randonneur épuisé de suivre le groupe alors que cette marche ne lui convenait pas.

Selon Antoine, nous sommes quotidiennement entourés d’aimanteurs. Les religions, la politique, la famille, les amis, nous contraignent parfois à ne voir que certains possibles en occultant les autres et nous éloignent des choix de vie qui nous correspondent vraiment.

Il faut savoir les contourner, les ignorer.

Surtout ne pas s’oublier, être soi-même, avoir un but et pour l’atteindre être patient, s’entourer des bonnes personnes qui vous laisseront faire nos propres choix.

Afin que Clémentine puisse appliquer toute cette théorie, Antoine décide de la laisser finir ce voyage initiatique seule. Laisser la jeune femme choisir  son chemin de sa vie.

Nouvelle « aventure » spirituelle pour Clémentine guidée par son ami Antoine.

Une histoire de vie qui permet au lecteur de s’identifier et de tirer profit des conseils d’Antoine.

Les BEKA maîtrisent parfaitement le sujet en écrivant des scénarios qui éclairent nos vies. Nous guidant vers des chemins fluides plein de lumière et d’amour.

Les dessins réalisés par Marko ainsi que les couleurs choisies par Maëla Cosson apportent un supplément de douceur à l’histoire.

Moment agréable de lecture.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *