François Beaune « Omar et Greg » éditions Le Nouvel Attila

Greg a vécu une jeunesse heureuse à Vaulx en Velin dans un HLM semi résidentiel, mais un jour tout bascule. La population change. Des écoles brûlent, des violences racistes naissent, obligeant les anciens du quartier à partir. Seul Greg et sa famille restent.

Autant sa jeunesse était heureuse autant son adolescence est difficile. A 15 ans, Greg devient patriote nationaliste et adhère au mouvement national où il rejoint des jeunes comme lui, des jeunes blasés en galère.

Mais faire partie du FN à cette époque peut paraître honteux n’étant pas considéré comme un parti comme les autres. Et puis les dérives du MNR fait peur à Greg.

Cela ne l’empêchera pas de se porter candidat à Givors pour les élections cantonales. Il coupe les ponts avec son père pour divergence d’opinions. Ses convictions à lui est de défendre le domaine social.

Depuis peu muté à Marseille il quitte son poste de contrôleur SNCF pour rejoindre le groupe de David Rachline. Greg s’occupera des jeunes du parti ainsi que de la communication au sein du bureau.

Omar, lui a grandi à Reims bercé entre les flics et les skins qui ne souhaitaient que « tabasser de l’arabe ».

Omar s’enrôle dans l’armée où il fait la connaissance d’un ancien skin. Naîtra alors son esprit patriote.

Il quitte l’armée pour aller vivre chez ses grands parents à Bordeaux et intègre les MJS du parti socialiste. Puis trouve l’amour « arrangé » auprès de sa cousine Myriam qui deviendra sa femme. Ils partent pour Marseille où il est embauché au service social de la ville. S’engage au FN pour prouver qu’il est un français sans pour cela renier ses origines religieuses.

Lors d’une réunion, il rencontre Greg, ce patriote engagé comme lui. Ils ont le même objectif : Faire entrer la communauté musulmane au FN.

Qu’il est beau l’esprit patriote surtout quand il est raconté par deux personnages authentiques engagés dans une quête d’identité et dont le but est l’intégration des jeunes musulmans au parti de Marine Le Pen.

Récits véridiques recueillis par François Beaune.

Même si l’on ne partage pas les mêmes points de vue qu’Omar et Greg on ne peut que les admirer pour leurs convictions et leur envie d’être français malgré leurs origines.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *