Marco Rizzo & Lelio Bonaccorso « A bord de l’ Aquarius ». éditions Futuropolis.

Catane, ville portuaire sur la côte est de la Sicile.

17 novembre 2017. 9,00 heures. L’Aquarius quitte le port. A son bord, un équipage de plusieurs nationalités, des journalistes ainsi que Marco Rizzo et Lelio Bonaccorso tous les deux siciliens. Le premier est journaliste l’autre est dessinateur. Ils ont embarqué sur le bateau humanitaire pour vivre le quotidien d’un équipage mais surtout recueillir les témoignages des migrants sauvés d’une mort certaine.

L’ambiance à bord est détendue, mais lorsqu’il est question de venir en aide à des centaines de naufragés chacun donne le maximum de lui même pour mener à bien cette mission délicate. La vie d’êtres humains en détresse totale est cruciale. Il faut sauver le maximum de personnes.

Marco et Lelio vont vite comprendre et prendre conscience de l’importance de ces opérations de sauvetage. Chaque membre de l’équipage a un rôle important il n’est pas question de faire la moindre erreur, des vies sont en jeu.

Après de heures de secours compliquées et fatigantes, les migrants sont enfin à bord du bateau. Affaiblis, affamés par une traversée dangereuse, des hommes, des femmes et des enfants peuvent enfin se reposer, manger et recevoir les premiers soins pour certains. Mais le chemin vers la liberté n’est hélas pas terminé, il va leur falloir affronter les étapes administratives. Pour l’instant pour eux c’est d’être en vie après des jours d’errance dans un embarquement inadapté sur une mer parfois capricieuse.

Marco et Lelio interrogent ces miraculés, ils veulent connaître le parcours de ces hommes. D’où ils viennent pourquoi en sont-ils arrivés à quitter leur pays. Certains racontent d’autres préfèrent se taire.

Marco et Lelio ont vécu une expérience humaine hors du commun qui aura marquée leurs esprits jusqu’à la fin de leurs jours. Expérience humaine qu’ils ont partagée en écrivant cette bd qui ressemble plus à une reportage qu’à une simple histoire.

Cette bd nous montre à quel point la vie d’un homme est importante sur cette terre. Qu’un homme dans la plus profonde détresse est capable d’affronter les pires moments qu’il puisse exister afin de survivre. Que des personnes profitent de la détresse ce des hommes pour les envoyer à la mort.

Récit émouvant, poignant qui m’a appris beaucoup de choses sur l’Aquarius, ce navire affrété par l’ONG SOS MEDITERRANEE jusqu’en décembre 2018. Sur ces trafics d’humains qui ne doit laisser personne indifférent.

Enorme coup de coeur.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *