H.Tonton « Le temps du rêve » « Ocre ». éditions Cerises et Coquelicots.

Afin de perpétuer la mémoire de son défunt mari, la comtesse de Beauvière fait l’acquisition d’un tableau aux enchères. Le portrait d’une jeune et jolie aborigène sera exposé dans l’orangeraie de la propriété.

Le jour de l’inauguration, la toile disparaît. Le voleur n’est autre que Urbin Monlins le commissaire priseur de cette vente. La comtesse demande à Urbin de lui retrouver son tableau. Peu fier de son acte, Urbin fuit la ville pour se réfugier dans le Var dans la maison de son enfance. Il décide de restaurer le bateau de son père défunt et en profite pour y cacher dedans le tableau.

L’arrivée d’une jeune métis dans le village intrigue les habitants. Chacun se pose des questions.

Elle s’appelle Alice ou plutôt Maayan Barn. Walter Barn, son père adoptif a engagé deux détectives pour la retrouver. Elle a été kidnappée par un certain Fergus Simon qui l’oblige à peindre des toiles qui sont vendues à de riches collectionneurs.

La jeune fille réussit à s’évader les après-midi pour aider Urbin et Louisette à restaurer le bateau.

Mais les détectives ne sont pas loin obligeant Fergus à fuir avec la Maayan vers l’Italie.

Jolie histoire pleine de douceur estivale, ambiance du sud, le soleil, la mer. Des dessins aux teintes pastel accentuent cette atmosphère de vacances.

Agréable moment de lecture.

A SUIVRE……..

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *