Sylvie Tanette « Un jardin en Australie ». éditions Grasset.

La maison n’est plus habitée depuis 70 ans. Du jardin, il ne reste plus rien. Seul un citronnier de Sicile a survécu à l’invasion des herbes folles. Les fleurs, les plantes, les arbres venus du monde entier ont disparus. Pourtant Ann y avait mis tout son coeur, son temps en recherche, lecture, étude. Elle souhaitait créer un jardin extraordinaire où les variétés végétales sauraient vivre en harmonie.

Aidée de Li-Peng un ouvrier agricole chinois, elle a passée sa vie à sa création.

C’était en 1930 à Salinasburg. Tout juste mariés, Ann et Justin Callaghan se sont installés dans cette ferme du centre de l’Australie. Justin travaillait dans la mine familliale pendant qu’Ann s’occupait de son projet d’élaboration de son jardin.

Tout semblait sourire à ce jeune couple mais la mauvaise gestion et la mort de plusieurs ouvriers dans la mine entraîna le suicide de Justin, laissant Ann dans une solitude la plus totale. N’ayant plus d’argent, elle sombra dans la folie, délaissant son jardin. Elle mourut sans l’indifférence et la misère.

Valérie est une jeune diplômée en histoire de l’art. Son mari frédéric est médecin. Tombée sous le charme de cette maison laissée à l’abandon depuis 70 ans, ils en deviennent les nouveaux propriétaires. La petite Elena arrive dans leur vie, mais en grandissant, la fillette n’a jamais prononcé le moindre mot.

Quand Valérie n’est pas occupée à préparer le festival d’art contemporain à Salinasburg elle passe son temps avec sa fille dans le jardin espérant que cette activité lui permette de dénouer ses blocages.

Ann est heureuse de voir Valérie et Elena redonner vie à son jardin. Ann aime s’installer sous le porche de la maison savourant ces instants de paix.

Selon les anciens, le fantôme d’Ann errerait dans les allées du jardin…..

Très belle histoire. Histoire de deux femmes passionnées vivant dans deux époques différentes. Ann, cette épouse aimante qui a quitté sa vie bourgeoise de Sydney pour suivre Justin un irlandais fils de propriétaire minier dans la région de Salinasburg.

Valérie est une jeune française qui a quitté sa famille trop présente, trop oppressante. Elle a fait le choix de partir à l’autre bout du monde pour étudier l’art. L’Australie est le lieu idéal tant pour l’art que pour la distance.

Ces deux femmes ont un point commun, la passion. L’une pour le jardin, l’autre pour l’art. Jamais elles ne se rencontreront mais leur passion les unie. Valérie va tenter de redonner vie à ce jardin et donner l’envie à Elena de parler sous le regard attendri d’Ann qui les regarde tel un ange gardien.

Une très belle histoire de femmes attachantes aimantes passionnées. Une très belle histoire envoutante qui nous berce dans la chaleur australienne.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *