Parno & Phil Castaza « Nos vies prisonnières ». éditions GrandAngle.

A quoi cela sert de continuer dans une vie qui ne nous correspond plus. Vie privée, vie professionnelle peu importe, il faut faire des choix qui soient cohérents avec ses propres aspirations. Mais la vie parfois nous dirige vers un autre chemin qui ne nous apporte aucune satisfaction. Alors il faut savoir dire stop et se libérer de ce fardeau quotidien qui nous empêche de nous épanouir.

Lui c’est un médecin. Cette vie à écouter ses patients se plaindre, il ne le supporte plus, être parfois impuissant face à la maladie il ne le supporte plus non plus. Cette vie trop pesante il ne l’accepte plus. Sa vie n’a plus de sens. Elle ne lui apporte plus rien, juste des remords, des regrets qui le rongent.

Et puis un jour alors qu’il se rend auprès d’un homme mourant, sa vie bascule. Elle prend tout son sens comme une évidence comme si ce vieil homme qui avait fuit sa vie quinze ans auparavant, quittant femme et fils, les laissant dans un désarroi total lui apporte la solution à son mal être. Cet homme qui va mourir devant lui va être pour lui une renaissance.

Avant de quitter ce monde, le vieil homme confie au médecin un cahier, un journal intime où tout est raconté, son passé, son présent. Le vieil homme lui demande de retrouver le fils qu’il a abandonné il y a trop longtemps. Ce fils qu’il n’a pas vu grandir parce qu’il n’était pas capable d’affronter une situation qui le dépassait.

Une nouvelle vie commence alors pour ce médecin qui n’espérait plus rien de sa vie.

Une superbe bande dessinée sur le thème des choix de vie et des conséquences que cela peut engendrer. Un sujet très actuel raconté avec sincérité, pudeur et espoir. Chacun des personnages est prisonnier de son passé, de son présent, incapable de prendre une décision parce qu’il n’est pas forcément responsable de sa situation. Certains font des choix et d’autres en subissent les conséquences comme cet homme licencié quinze ans plus tôt et qui a préféré partir sans en évaluer les dégâts sur sa femme et son fils.

Gros coup de coeur.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *