Morgan Audic « De bonnes raisons de mourir ». éditions Albin Michel.

26 avril 1986, le réacteur 4 de la centrale nucléaire Lénine explose. 30 ans plus tard, Léonid Sokolov est retrouvé suspendu en haut d’un immeuble de Pripiat, ville abandonnée depuis la catastrophe. Son corps nu mutilé, brûlé, tailladé, lèvres et yeux cousus et dans son ventre une hirondelle empaillée.

Le verdict est tombé, le cancer a eu raison d’Alexandre Rybalko. Le flic de Moscou n’a plus que quelques mois à vivre. Il accepte alors une dernière mission. Retrouver l’assassin de Léonid Sokolov, fils d’un ancien ministre russe. Ce dernier estimant que la police ukrainienne a ni plus ni moins bâclé l’enquête.

De son côté, Joseph Melnyk, policier ukrainien muté à Tchernobyl rouvre le dossier sur la mort d’Olga Sokolov assassinée le 26 avril 1986 alors qu’explosait la centrale nucléaire.

Y-a-t-il une relation entre la mort de la mère et celle de son fils 30 ans plus tard ?

Chacun de leur côté, les deux flics vont travailler à leur manière et leurs chemins vont se croiser afin de retrouver le tueur à l’hirondelle.

Morgan Audic ne s’est pas contenté de nous offrir une intrigue policière remarquable, il nous offre également un roman à la documentation recherchée sur l’Ukraine, ce pays en conflit depuis 2014. Sur Pripiat cette ville abandonnée depuis la catastrophe où la nature a repris ses droits. Sur les hommes et les femmes.

Morgan a su nous emporter dans des lieux où nous n’irons jamais – à moins que certains ne soient tentés de faire une excursion guidée dans Pripiat.

Le premier roman de Morgan Audic « Trop de morts au pays des merveilles » aux éditions du Rouergue était excellent. Mais celui ci est tout simplement….. A vrai dire je n’arrive pas à trouver le mot qui pourrait qualifier ce polar hors norme.

Je dirais tout simplement WHAOUUUUU. Ce deuxième roman est une petite pépite.

C’est un roman intelligent, captivant, sombre et palpitant. Bref un petit chef d’oeuvre écrit par un auteur que je qualifierais de nouveau prodige du thriller français (cf : les éditions Albin Michel).

Il va falloir, Morgan que tu acceptes ce qualificatif…..

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *