Laetitia Colombani « Les victorieuses ». éditions Grasset.

Blanche s’est toujours battue pour mener à bien tous ses choix, ses convictions. Aider les plus pauvres, les démunis, les oubliés de la vie. Ceux qui n’ont plus où aller. Dormant dans les rues, n’ayant rien à manger. Blanche ne veut plus de ces vies, elle s’en est fait son cheval de bataille.

Elle a rejoint l’Armée du Salut. Nous sommes en 1925.

Malgré la maladie qui la ronge, elle continue sa Mission. Accompagnée d’Albin son époux, son âme sœur, son ami, son amant, le père de ses enfants, Blanche crée un centre, puis un autre et encore un autre. Rien ne l’arrête. Des démarches, elle en fera plus qu’elle ne pense, mais jamais elle ne baissera les bras. Sa fierté, c’est le Palais. Un lieu où les femmes en détresse pourront se poser. Un lieu où elles pourront retrouver les repères pour une vie plus stable. Un toit, un lit, des repas suffiront pour qu’elles retrouvent la dignité qu’elles ont perdue depuis trop longtemps.

Solène est avocate. Elle ne vit que pour son travail. Depuis sa séparation d’avec Jérémy, elle ne s’accorde plus de temps libre.

Le jour où un de ses clients se suicide devant elle alors qu’ils quittaient le tribunal, Solène craque. C’est le burn-out. Elle se retrouve entre les 4 murs blancs de l’hôpital, assommée par les médicaments.

Pour sortir de cet état de dépression, le psychiatre lui propose de faire du bénévolat. S’occuper des autres serait une bonne solution. Solène trouve une annonce : Recherche écrivain public. Elle qui rêvait adolescente d’écrire des romans, c’est le moment de montrer ses talents. Elle se rend au Palais où elle offrira ses compétences aux femmes en difficultés. Aux femmes seules, avec enfants, aux sans papiers, aux migrantes. Tous les jeudis elle se rend auprès d’elles pour les aider à rédiger des lettres administratives ou personnelles. Pas toujours facile de se faire accepter. Le chemin est long pour y arriver, mais Solène est une battante tout comme Blanche qui près de cent ans avant avait crée ce lieu.

« Les victorieuses », c’est une histoire de femmes, femmes volontaires, femmes déterminées à aider. Une histoire de femmes qui mènent chacune leur combat. Blanche, volontaire qui ne baissera jamais les bras. Solène moins déterminée mais qui finira par comprendre que son destin est d’aider celles qui n’ont pas eu la chance de vivre dignement comme elle.

Blanche, ne baissera jamais les bras, elle mènera son combat jusqu’à la fin car elle sait que sa vie c’est aider les autres femmes en détresse.

Quant à Solène, elle ne l’a pas vraiment choisi. C’est pour se guérir qu’elle s’est dirigé vers ce destin dont elle n’avait jamais pensé.

Agréable moment de lecture pour ce roman très féminin. Malgré les deux périodes qui séparent ces deux destins, on se rend compte que la société n’a guère changée depuis.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *