Christian Blanchard « Seul avec la nuit ». éditions Belfond.

Quelles relations y a t il entre un vieil homme alcoolique vivant dans une ancienne voiture SNCF, une gamine prête à se jeter sur les rails du haut d’une passerelle, de deux gosses amputés faisant la manche pour le compte de types prêts à les descendre s’ils ne ramènent pas suffisamment d’argent, d’une jeune femme arrivée d’Afrique dans un container rempli de cadavres, d’un médecin contraint d’opérer des enfants pour prélever leurs organes sains et d’Elodie, fille d’un grand dirigeant financier qui attend désespérément un rein ?

Peu importe la manière, Eric De La Boissière veut sauver sa fille. Même si d’autres doivent mourir.

Ambiance glauque et pesante ce sont les termes que j’utiliserais pour résumer ce thriller. La vie et la mort se côtoient durant toute l’histoire. Une histoire qui nous emmène dans les profondeurs obscures de la morale humaine, où l’homme est prêt à tout pour sauver ce qui lui est cher, où d’autres sont prêts à se sauver pour vivre, fuir ces horreurs.

Un roman noir qui nous fait penser que l’être humain n’est qu’un corps sans coeur et sans âme. Juste une marchandise, une monnaie d’échange pour donner la vie à d’autres. Un roman sombre où chaque personnage cherche à trouver la lumière pour une vie meilleure.

Excellent roman.

 

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *