Fabrice Nicolino « Le crime est presque parfait ». éditions Les Liens Qui Libèrent.

Réussirons nous un jour à stopper cette invasion de pesticides qui sont déversés sur les cultures et qui finissent dans nos assiettes ?

Les lobbys ne semblent guère décidés. Tout ça n’est qu’histoire d’argent et d’intérêts et nos aliments continuent encore et encore à être contaminés par cette « merde » immonde pour le bonheur de Bayer, Dow Cheminal, Mosanto ou Phyteurop….

Un pesticide disparaît un autre arrive sur le marché encore plus toxique. C’est le cas du SDHI qui bloque la respiration des cellules des champignons affectant les cultures. Contaminant les aliments, provocant des maladies telle que le cancer.

Certains chercheurs tentent de convaincre les experts de l’ANSES (l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail) de la dangerosité des pesticides mais en vain.

Les gouvernements n’ont pas l’air de s’en soucier, bref tout le monde s’en fout…..

Fabrice Nicolino, connu pour son engagement écologique a mené son enquête et nous dévoile à travers son nouveau livre « Le crime est presque parfait » aux éditions Les Liens qui Libèrent les dessous de la vie des pesticides. Comment sont ils venus jusqu’à nous, comment sont ils utilisés, les « magouilles et compagnies » entre les différents organismes qui semblent sourds aux appels de certains chercheurs.

Un cri d’alarme pour faire prendre conscience qu’il est temps que les lobbys réagissent avant qu’il ne soit trop tard.

Pessimiste, je ne crois pas Fabrice Nicolino est tout simplement réaliste.

Un livre choc qui m’a ouvert les yeux même si je connais les dégâts que peuvent causer les pesticides et que notre monde est géré par des groupes aux intérêts financiers totalement hermétiques aux cris d’alarme envoyés par des personnes conscientes que notre planète est en danger.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *