Agnès Ledig « Se le dire enfin ». éditions Flammarion.

 

Armelle se retrouve plantée là, seule sur le quai numéro 1 de la gare de Vannes. Les valises à ses pieds. Edouard est allé accompagner une vieille dame à la gare routière. Il monte dans le car et s’installe à côté d’elle. Les portes se ferment et les voilà partis en direction de Brocéliande.

Tous les ans, la vieille anglaise se rend dans ce lieu magique et mystique afin de trouver l’inspiration pour ses futurs romans. Trouver sa voie et les réponses à ses questions.

Edouard n’a pas vraiment réfléchi. Il est monté, s’est assis à côté de cette femme qu’il ne connaît pas en direction d’un lieu qu’il ne connaît pas chez des gens qu’il ne connaît pas. Edouard part vers l’inconnu. Vers une nouvelle vie qu’il va devoir construire.

Il se sent pourtant coupable d’avoir abandonné sa femme mais il devait le faire pour lui, pour elle. Ils doivent désormais avancer chacun de leur côté.

Et puis, il y a cette lettre qu’il a reçu il y a peu de temps. Cette lettre qu’il garde précieusement et qui l’a bouleversé. Celle d’Elise, son amour de toujours. Celle qu’il n’a jamais oubliée.

Pour la retrouver il doit se libérer de toute contrainte du passé, se libérer de ce piège dans lequel il a vécu pendant si longtemps et des exigences d’une épouse névrotique.

Il ne veut plus baisser les bras face à des situations dont il n’est pas maître.

C’est dans une maison d’hôtes auprès de Gaelle la propriétaire, de Gauvain son fils, de Raymond le voisin et d’Adèle une locataire qu’il va se reconstruire. Mais ce parcours sera jalonné d’épreuves. Il n’y a pas de hasard dans la vie. Si Edouard s’est retrouvé là c’est qu’il a quelque chose à faire pour lui mais aussi pour les autres. Car chacun a ses secrets, ses secrets enfouis qui les empêchent d’avancer.

Ensemble, ils vont s’apporter soutien, aide, amitié et amour.

Partir sans se justifier, se reconstruire, laisser derrière lui tout ce qui l’empêche d’avancer, tel a été le choix de cet homme. Partir non pas par lâcheté mais pour une question de survie. Rencontrer de belles personnes qui lui ouvrent leur porte et leur coeur et qui l’aident à avancer sur son chemin du bien être.

Je n’avais jamais lu de livre d’Agnès Ledig, je ne suis pas déçue au contraire, ce récit m’a donné comme un élan. Comme une envie d’aller me promener dans la forêt de Brocéliande. Redécouvrir ce lieu de légendes. Faire communion avec les arbres. Ecouter la nature vivre. Me ressourcer.

Très belle histoire d’amitié, d’amour. Un hymne à la beauté de la nature et de l’homme.

Un moment très agréable de lecture.

Gros coup de Coeur.

PS : En relisant le début du livre (page17) j’ai remarqué 2 phrases qui m’avaient échappées. Elle sont la clef principale de cette histoire….

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *