Gwénola Morizur & Camille Benyamina « Montagnes Russes ». éditions GrandAngle.

« J’ai le résultat de votre prise de sang. La fécondation n’a pas marché ». Combien de fois Aimée a-t-elle entendu cette phrase ! Bien trop de fois. Ces échecs consécutifs obsèdent la jeune femme malgré le réconfort de Jean son mari tout autant déçu qu’elle.

L’arrivée du petit Julio à la crèche où travaille Aimée va bouleverser sa vie. La jeune femme en manque d’enfant va le prendre sous son aile, s’occuper de lui comme son propre fils. Lui donner tout l’amour qu’elle voulait offrir à l’enfant qu’elle n’aura peut-être jamais.

Cette relation qui semblait convenir à Charlie jeune mère célibataire de 3 enfants dont Julio va créée des tensions entre les deux femmes qui pourtant s’étaient liées d’amitié.

Malgré les avertissements de Jean, Aimée ne peut se résigner à abandonner ce petit garçon si attachant.

Mais la convocation auprès de la directrice de la crèche et son congé forcé va lui faire prendre conscience de ces actes et du dépassement de ses fonctions.

Se remettre en cause, lâcher prise, laisser faire la vie c’est tout ce qu’il lui reste à faire.

Encore une fois Gwénola Morizur a su me toucher par ce sujet si sensible tiré d’une histoire vraie. Tout est écrit avec délicatesse et cela m’a bouleversé.

Quant aux dessins réalisés par Camille Benyamina ils sont tout simplement superbes. Le petit Julio est si beau, si délicat qu’il m’a ému aux larmes. C’est mon côté hypersensible.

Encore une fois, j’ai pris un réel plaisir à découvrir ce nouvel album écrit par une auteure dont j’apprécie de plus en plus la qualité de ses textes.

Cette histoire de femmes, d’amitié, d’amour est une réelle réussite.

ENORME COUP DE COEUR.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *