Stephen Desberg & Emilio Van Der Zuiden « Aimer pour deux ». éditions GrandAngle.

Paris, les américains viennent de libérer la capitale et le calme revient progressivement. Mais dans le coeur de Monique, le chaos s’est installé et la jeune femme de 24 ans au désir profond de liberté doit faire un choix qui bouleversera son existence.

Mars 1941, gare du nord…. Monique débarque sur les quais avec l’esprit libre laissant son père gérer la boutique en province pour rejoindre sa sœur et vivre comme elle le souhaite. Profiter de sa jeunesse dans un Paris envahit par les troupes allemandes.

Mais qu’importe, Monique et Jacqueline ont soif d’émancipation. Vivre leur jeunesse, sortir, rencontrer, aimer…..

Elle fait la connaissance de Francis et sa vie prend un autre chemin. Tout est allé trop vite. Elle se marie, lui donne un enfant. Une fille prénommée Nicole. Et la voilà prisonnière. Tout s’effondre autour d’elle. Il n’est pas question pour elle de se priver de liberté pour une enfant qu’elle n’a pas vraiment souhaitée.

Monique continue alors de mener sa vie d’insouciance, trainant le soir dans les caves où le jazz résonne et l’alcool coule à flot. Se laissant séduire par les hommes sans se soucier du lendemain.

Les américains sont arrivés dans la capitale, libérant la population de l’emprise allemande.

Monique fait alors la connaissance de Robert un officier américain. De cette rencontre inattendue, nait une grande histoire d’amour.

Etant toujours mariée à Francis et maman d’une petite fille, Monique va devoir faire un choix radical. Renoncer à ses droits de mère et divorcer. C’est la seule solution pour vivre pleinement son amour avec Robert.

Superbe histoire d’une femme dont le seul but est de vivre libre. Mais cette liberté a un prix. Renoncer à ses droits en tant que mère afin qu’elle puisse épouser un officier américain rencontré après la libération.

Dans cette superbe BD, Stefen Desberg retrace une partie de la vie de sa mère. Certains personnages sont imaginaires, mais se fondent très bien dans cette ambiance d’occupation allemande.

Le scénario est très bien écrit, les dessins D’Emilio Van Der Zuide sont très beaux. C’est une très belle réussite à mes yeux.

Gros coup de Coeur.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *