Célestin Robaglia « Le crépuscule des abeilles ». Editions Tana.

Face aux juges et jurés, Elsa, jeune avocate se lance dans sa plaidoirie contre la firme OXOL, fabricante de pesticides à base de glyphosate.

La jeune avocate veut à tout prix gagner ce procès en mémoire de madame Lioret une apicultrice du Périgord décédée des suites d’un cancer après avoir été en contact avec le d-cloryon un pesticide redoutable de la multinationale.

Elle veut que la firme paie pour cette femme amoureuse de la nature, qui se battait pour protéger ses essaims des pesticides pulvérisés sur les champs voisins.

Malgré une victoire en première instance, Elsa ne compte pas s’en arrêter là. Elle sait qu’elle va vivre des moments difficiles, déstabilisants face à ce monstre destructeur avide de profits.

Rien ne pourra l’empêcher de défendre cette cause qui lui tient tant à coeur comme le faisait madame Lioret : Le respect de l’environnement, des hommes, de la faune et de la flore.

Superbe livre que j’ai dévoré. Très touchée par cette histoire car je suis très sensible au respect environnemental et animal.

Une histoire très touchante entre deux femmes qui se battent contre un monstre puissant.

Il y a ce côté romancé joliment écrit mais le sujet principal dans ce livre c’est la sensibilisation aux lecteurs des dangers pourtant connus des pesticides mais hélas encore dédaignés dans le monde agricole.

Heureusement que les mentalités changent et que beaucoup d’agriculteurs franchissent le pas et s’orientent dans la culture biologique. Mais le chemin est encore long avant que tout le monde prenne conscience des dangers des engrais chimiques.

Enorme coup de Coeur pour ce roman.

Cette chronique littéraire vous plait... Partagez là sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *