Roman français

Laetitia Colombani « Les victorieuses ». éditions Grasset.

Blanche s’est toujours battue pour mener à bien tous ses choix, ses convictions. Aider les plus pauvres, les démunis, les oubliés de la vie. Ceux qui n’ont plus où aller. Dormant dans les rues, n’ayant rien à manger. Blanche ne veut plus de ces vies, elle s’en est fait son cheval de bataille. Elle a rejoint l’Armée du Salut. Nous sommes en 1925. Malgré la maladie qui la ronge, elle continue sa Mission. Accompagnée .

Paola Pigani « Des orties et des hommes ». éditions Liana Levi.

Quand elle n’est pas à l’école, Pia s’occupe des travaux de la ferme ou de la maison. Avec ses sœurs et frère, elle va vendre le lait, garder les vaches aux champs, faire la lessive, le repassage, le ménage. Chacun aide comme il peut les parents venus d’Italie dans les années 50. La vie n’est pas toujours facile, l’agriculture est en pleine mutation, les paysans souffrent de ce changement et les terres souffrent de .

Pascale Dietrich « Les mafieuses ». éditions Liana Levi.

Pas facile d’être l’épouse d’un des plus gros mafieux de la région grenobloise. Pas facile d’avoir une vie ordinaire quand le quotidien côtoie les trafiquants, les manias de la gâchette ou les concurrents prêts à éliminer leurs rivaux. Pas facile d’élever deux filles dans de telles conditions. Le jour où Léone meurt Michèle aurait dû être soulagée. Une lettre va tout bouleverser. Son mari a engagé un tueur à gages pour éliminer sa femme. .