Fabrice Nicolino « Le crime est presque parfait ». éditions Les Liens Qui Libèrent.

Réussirons nous un jour à stopper cette invasion de pesticides qui sont déversés sur les cultures et qui finissent dans nos assiettes ? Les lobbys ne semblent guère décidés. Tout ça n’est qu’histoire d’argent et d’intérêts et nos aliments continuent encore et encore à être contaminés par cette « merde » immonde pour le bonheur de Bayer, Dow Cheminal, Mosanto ou Phyteurop…. Un pesticide disparaît un autre arrive sur le marché encore plus toxique. C’est le cas du .

David Khara « Atomes crochus ». éditions J’ai Lu.

Après 5 ans de détention, Enzo Meazza avocat d’affaires – plus que douteuses – sort enfin de prison. Andrew, agent du FBI l’attend pour l’emmener à l’aéroport de Dallas direction Paris. Enzo est enfin libre, mais il ne pensait pas qu’en allant prendre l’avion sa vie allait être quelque peu chamboulée. Tout commence par un accrochage automobile qui lui fait râter son avion. S’en suit l’explosion de l’avion dans lequel il aurait dû être. .

Gilbert Brownstone & Camilo Guevara « L’art à Cuba ». éditions Flammarion.

C’est en 1961, deux ans après la révolution cubaine, que Fidel Castro décide de construire l’ISA (l’institut supérieur des arts) sur le terrain de golf dans la vallée de la rivière Quibu. Cet investissement colossal, symbole du pays rêvé, complexe inachevé était la volonté politique de sauvegarder le talent naissant et de rendre la culture accessible à tous. Réduire le fossé entre les riches et les pauvres en offrant la possibilité de développer ses .